Qu’est-ce que la sécurité des données ?


La sécurité des données est la pratique qui consiste à protéger les données contre le vol, la perte et la corruption. Les menaces à la sécurité des données comprennent le hameçonnage (ou phishing) et les logiciels malveillants (ou malwares). Pour parer ces menaces, les entreprises peuvent protéger leurs données à l’aide de méthodes de sécurité des données, comme les logiciels antivirus et les politiques de contrôle d’accès.

data_security_hero

Pourquoi la sécurité des données est-elle importante ?

La sécurité des données est très importante car les données sont vulnérables à la perte accidentelle ou au vol par des hackers, qui les utilisent ensuite pour commettre des fraudes ou des délits financiers. Lorsqu’une entreprise subit une violation de données, sa réputation en est atteinte, ce qui peut entraîner des poursuites judiciaires et une perte de revenus. Face des menaces de plus en présentes et à une empreinte de données croissante, les entreprises actuelles doivent prendre la sécurité des données au sérieux et mettre en place des mesures pour se protéger.

Principales menaces pour la sécurité des données

Dans un paysage numérique en constante évolution, la sécurité des données fait l’objet de multiples menaces. Elles peuvent aussi bien être internes ou externes à l’entreprise et se présentent sous des formes et des tailles variées. Voici quelques-unes des plus grandes menaces qui pèsent actuellement sur la sécurité des données :

Hameçonnage (phishing)

Le phishing est une menace majeure pour la sécurité des données. Il s’agit d’une méthode de cyberattaque qui tente de voler des données en envoyant des e-mails semblant provenir d’entreprises réputées, comme des commerçants ou des banques. Les victimes font confiance au domaine et cliquent sur un lien, qui télécharge ensuite un malware sur leur ordinateur. Le phishing est également répandu par le biais des médias sociaux, des SMS et des appels téléphoniques. Ces méthodes fonctionnent de la même manière : en gagnant la confiance de sa victime, le hacker la convainc de cliquer sur un lien ou de lui fournir des informations personnelles.

Virus

Un virus est un logiciel malveillant conçu pour voler des données et endommager des infrastructures. Il est généralement conçu pour infecter plusieurs ordinateurs en s’introduisant dans le système via le phishing, les ports USB, les disques durs externes, les réseaux instables, les terminaux exposés et d’autres points de vulnérabilité. L’un des virus les plus répandus est le cheval de Troie, qui se fait passer pour un programme légitime, mais qui, une fois installé, permet au hacker de prendre le contrôle de l’appareil en désactivant le logiciel antivirus afin d’accéder à des données sensibles.

Logiciel espion (spyware)

Le spyware est une version encore plus malveillante de malware qui suit les activités de la victime. Il accède généralement à l’appareil par le biais du phishing ou d’un site web malveillant. Le spyware se cache sans être détecté et enregistre tout ce qui est tapé, parcouru, téléchargé et visualisé. Le hacker peut ainsi accéder à toutes sortes d’informations sensibles, y compris les mots de passe et les détails des cartes de crédit. Les logiciels espions avancés peuvent même observer et écouter la victime à l’aide de la webcam et du microphone de son ordinateur.

Logiciel d’extorsion (ransomware)

Le ransomware est l’une des menaces qui se développent le plus rapidement pour la sécurité des données. Il s’agit d’une forme de malware qui verrouille l’appareil de la victime ou crypte ses données, de sorte que le hacker peut exiger une rançon pour les restaurer. Comme la plupart des malwares, les ransomwares pénètrent généralement dans un appareil par le biais du phishing ou de la visite d’un site web malveillant, mais ils se propagent parfois en exploitant les faiblesses des réseaux, des systèmes d’exploitation et des ports. En 2017, le célèbre ransomware WannaCry a infecté 200 000 ordinateurs de particuliers et d’entreprises dans le monde entier. En exploitant une vulnérabilité de Windows, les hackers exigeaient un paiement en bitcoins pour déverrouiller les ordinateurs touchés.

Attaques par force brute

Les attaques par force brute se basent sur des tentatives et des erreurs pour craquer des mots de passe et voler des données. Soit les hackers se contentent de deviner les mots de passe en essayant différentes combinaisons, soit ils utilisent des outils de piratage automatisés qui peuvent exécuter toutes les combinaisons possibles afin de décrypter des mots de passe à l’aide d’algorithmes. Les attaques par force brute constituent une menace importante pour la sécurité des données, car rien ne peut réellement empêcher un employé ou tout autre initié de taper des mots de passe au hasard pour obtenir un accès non autorisé. Fort heureusement, les politiques de contrôle d’accès et d’authentification sont devenues plus sophistiquées et offrent une meilleure protection.

Vulnérabilités zero-day

Les vulnérabilités zero-day constituent une menace inquiétante pour la sécurité des données, car elles exploitent des faiblesses inconnues dans les logiciels et les infrastructures. De telles vulnérabilités peuvent être achetées sur le marché noir ou identifiées à l’aide de bots et de codes. Une fois que les hackers ont détecté une faiblesse, ils lancent des malwares pour extraire des données. Au moment où les entreprises et les développeurs découvrent eux-mêmes de quelle faiblesse il s’agit, il est déjà trop tard, car le malware a déjà fait son œuvre. En 2014, Sony Pictures Entertainment a été frappé par une attaque zero-day. Les hackers ont découvert une faiblesse au sein du réseau de Sony et ont utilisé un malware pour divulguer des données sensibles, notamment des e-mails, des business plans et des copies de films inédits.

Menaces internes

Les menaces internes peuvent provenir d’employés, de contractants et de clients. Ces menaces sont le plus souvent favorisées par des employés mal informés qui ne comprennent pas l’importance de créer des mots de passe forts, entre autres. Mais une menace encore plus dangereuse provient d’initiés malveillants, comme des employés insatisfaits ou des personnes au mobile criminel. Étant donné que ces individus sont intégrés et connaissent les vulnérabilités, il leur est beaucoup plus facile de voler des données et de nuire à l’entreprise.

Adoption du cloud

De plus en plus d’entreprises se mettent au cloud pour bénéficier d’une plus grande souplesse, réaliser des économies et tirer parti du travail à distance. Cependant, l’adoption du cloud est parfois plus rapide que la mise en place d’une sécurité. Les services cloud créent davantage de points d’entrée potentiels pour les hackers, en particulier lorsqu’ils sont associés au travail à distance, qui peut exposer les appareils à des réseaux non sécurisés et à des utilisateurs non autorisés. Pour protéger leur infrastructure cloud, les entreprises doivent configurer correctement leurs paramètres et adopter de bonnes politiques de contrôle d’accès, solutions de sécurité cloud et politiques de sécurité des données.

Gestion de la sécurité des données

La sécurité des données est gérée par une combinaison de technologies et de politiques d’entreprise. Pour être efficace, la gestion de la sécurité des données doit englober l’ensemble de la surface d’attaque, des appareils à distance aux services cloud en passant par l’infrastructure sur site, les sites web, les e-mails, le matériel et autres logiciels. Il faut également tenir compte des comportements humains, qui sont bien trop souvent à l’origine des violations de la sécurité des données. Voici quelques techniques pour gérer la sécurité des données :

Cryptage

Le cryptage consiste à utiliser des algorithmes pour brouiller des données sensibles afin que seuls les utilisateurs disposant d’une clé de cryptage puissent les lire. Cette méthode de sécurisation des données est très efficace, car même si un hacker parvient à accéder aux données, il ne pourra pas les déchiffrer. L’un des moyens de cryptage les plus courants est la tokenisation, qui consiste à échanger des données sensibles contre des données de substitution générées de manière aléatoire, appelées « token ». Les données sensibles sont quant à elles partagées en ligne en toute sécurité entre deux parties. Cette méthode est très populaire auprès des plateformes de paiement en ligne, telles que PayPal.

Pare-feu

Les pare-feu sont une méthode éprouvée de sécurisation des réseaux et sont essentiels à une bonne sécurité des données. Ils surveillent et contrôlent le trafic entrant et sortant d’un réseau, faisant office de bouclier protecteur entre les réseaux internes privés et les réseaux publics, comme Internet. Les pare-feu peuvent être aussi bien logiciels que matériels. De nombreuses entreprises adoptent les deux versions pour une meilleure défense.

Antivirus

Les logiciels antivirus protègent les ordinateurs et les réseaux contre les virus et les malwares. Cette première ligne de défense permet de lutter efficacement contre les menaces de sécurité, car les antivirus détectent et suppriment les virus avant qu’ils ne posent problème. Ces solutions sont constamment mises à jour et améliorées par les fournisseurs afin de s’adapter aux nouvelles menaces. Nombre d’entre eux recourent d’ailleurs au machine learning pour connaître l’activité normale et alerter les utilisateurs en cas d’anomalie. Certaines solutions antivirus sont également dédiées à une partie spécifique de l’infrastructure et ajoutent une couche supplémentaire de protection aux bases de données, aux e-mails, au cloud et aux terminaux.

Authentification

L’authentification est essentielle pour que la sécurité des données soit pleinement efficace. Il s’agit d’une première ligne de défense contre les intentions malveillantes qui permet de contrôler l’accès aux appareils, aux comptes de messagerie, aux sites web, aux logiciels et à d’autres ressources. L’authentification vérifie l’identité d’un utilisateur en lui demandant ses identifiants : mot de passe, nom d’utilisateur, code PIN ou encore scan biométrique. Une autre méthode efficace est la double authentification, qui demande deux formes d’identification, par exemple un mot de passe et un code PIN.

Politiques de sécurité des données

Même si une entreprise a adopté les dernières technologies en matière de sécurité des données, le problème du comportement humain demeure. Si les employés continuent de cliquer sur des liens dangereux, de créer des mots de passe faibles et d’utiliser des réseaux Wi-Fi instables, les hackers trouveront toujours le moyen de s’introduire. Il incombe donc aux entreprises de créer des politiques pour garantir que leurs employés prennent les bonnes mesures lorsqu’ils sont confrontés à une menace.

Les politiques en matière de mots de passe sont indispensables pour assurer une bonne sécurité des données. Elles exigent des employés qu’ils créent des mots de passe complexes, qu’ils les changent régulièrement et qu’ils ne les partagent pas avec d’autres personnes. Les politiques d’utilisation acceptable sont également très pertinentes, car elles régissent la manière dont les appareils et les réseaux doivent être utilisés. Par exemple, elles peuvent aider les entreprises à prévenir les menaces internes en contrôlant l’utilisation des moyens de stockage externe et des ports USB. Il peut être judicieux d’investir dans une formation à la sécurité des données, afin que les employés sachent comment identifier et traiter les menaces, comme les e-mails de phishing.

L’approche Zero Trust est également de plus en plus populaire. Elle part du principe qu’aucun individu ne peut être digne de confiance par défaut, qu’il s’agisse d’une personne externe ou interne à l’entreprise. Quiconque souhaite accéder à une ressource devra fournir une authentification stricte. Le modèle Zero Trust est idéal pour élaborer une approche solide de la sécurité des données. De plus, il existe de nombreux outils pour y parvenir.

Politiques de contrôle d’accès

Les politiques de contrôle d’accès constituent une excellente méthode de sécurisation des données, car elles offrent une protection contre les menaces à la fois internes et externes. Elles permettent de contrôler l’accès aux données, aux fichiers et aux logiciels en fonction de l’identité de l’utilisateur. Ces politiques sont souvent basées sur les rôles. Par exemple, une entreprise peut mettre en place des règles de contrôle d’accès qui permettent uniquement aux employés de la direction ou des finances d’accéder aux données financières confidentielles.

Sauvegarde et restauration

Les stratégies de sécurité des données doivent également permettre de se prémunir contre la perte de données, par exemple, en cas de défaillance du système. Pour atténuer ce risque, les entreprises doivent mettre en place un plan de sauvegarde et de récupération, dans lequel les données sont régulièrement copiées et archivées afin de pouvoir être récupérées en cas de perte accidentelle ou intentionnelle. Les méthodes de sauvegarde efficaces comprennent la sauvegarde dans le cloud et les serveurs hors site, qui fournissent d’énormes quantités d’espace de stockage sécurisé. De plus, leur sécurité est renforcée par rapport à un stockage sur site ou portable (qui peut être perdu, volé ou endommagé). Quelle que soit la méthode choisie, les stratégies de sauvegarde et de récupération sont indispensables et assurent la continuité en cas de perte de données.

OVHcloud et la sécurité des données

La sécurité des données de nos clients est au cœur de nos préoccupations. Nous fournissons un cloud de confiance conforme à toutes les réglementations en matière de protection des données, y compris le RGPD, et gardons un contrôle total sur notre chaîne d’approvisionnement et nos réseaux. Nous proposons également un portefeuille de solutions de sécurité des données avec différents niveaux de protection pour réduire la menace qui pèse sur votre infrastructure.